mardi 14 juillet 2015

Un concert en question.

A Aubusson, il y a ceux qui s'affairent, et ceux qui s'agitent, ceux qui pensent, et ceux qui critiquent, et enfin ceux qui essaient, et ceux qui jugent.
Le 16 Juillet prochain, Aubusson verra l'artiste Patrick Sébastien donner un concert gratuit, en plein air, pour ce qui devrait être une grande fête populaire qui devrait rassembler, comme l'an passé avec Dany Brillant, plusieurs milliers de personnes.
Et là où tout le monde devrait se réjouir de l'impact touristique, économique et d'image pour la ville, et pour le territoire dans son ensemble, il est des voix qui s'élèvent, des mécontentements qui surgissent, des aigreurs qui se font entendre pour dénoncer ce que certains qualifient volontiers de déni culturel dans une ville d'art comme Aubusson, ou encore pour dénoncer un tarif jugé prohibitif à l'heure des grandes économies.
25.000 €, c'est le prix annoncé de la prestation à la question du coût, pour la Communauté de Communes Creuse Grand Sud, pour faire venir Patrick Sébastien, qui, qu'on l'aime qu'on ne l'aime pas, demeure une figure du paysage audiovisuel français, animateur, chanteur, potache, il régna durant plus d'une décennie sur la case du Samedi soir par ses programmes humoristiques et les spectacles de cabaret qu'il est le seul à offrir sur le petit écran à des millions de téléspectateurs.
Il demeure en effet une figure populaire très appréciée de plusieurs générations de français qui ont grandi ou vieilli avec "Sébastien c'est fou", "Le grand Bluff", "De l'autre côté du miroir".

N'enlevons pas à celui qui fait tourner les serviettes, le mérite d'une popularité chèrement acquise à force de travail et de petits bonheurs donnés à tous.

25.000 €, une folie pour beaucoup, a fortiori sur un investissement qui ne fut même pas l'objet d'une délibération du Conseil Communautaire... C'est en fait là, le seul vrai reproche de fond (mais pas des moindres) que l'on pourrait faire, que d'avoir investi une telle somme sans en aviser le corps des élus de la com-com.
Mais derrière cela, il y a un artiste, 14 collaborateurs, une équipe technique, l'assurance de faire venir des milliers de personnes qui vont consommer dans les rues d'Aubusson... Quel commerçant osera fermer son magasin le 16 Juillet prochain ? Quel frondeur ira baisser son rideau ?
Ce sont 25.000 € injectés pour fabriquer, le temps d'une journée, un peu d'économie locale, pour faire travailler tout le monde, mettre du beurre dans les épinards, et donner un peu de bonheur aux gens. Au final, le crime n'est pas bien grand puisque cela profitera à tout le monde... Du moins à Aubusson...

Et puis il y a les ronchons, les intellectuels de la première heure qui du haut d'une certaine suffisance jettent un regard un tantinet méprisant sur une manifestation trop franchouillarde, trop "has been", pas assez dans le vent ; une manifestation qui ne relève pas du domaine sacro-saint de la Culture avec un grand "C".

Or, la Culture n'est pas la chasse gardée d'esprits perçus comme brillants qui se l'approprieraient à la hâte en oubliant que la Culture est universelle.
Oui, ce serait peut-être oublier un peu trop rapidement que la culture telle qu'elle existe ne se limite pas qu'à l'élévation de l'âme au travers de la connaissance, mais que c'est aussi le bien-être du cœur à travers le divertissement. La Culture, dans sa diversité, ne saurait opposer la connaissance et le divertissement.
Puisque tous les goûts sont dans la nature, il faut reconnaître que la Culture est affaire de goûts, de sensibilités, de phénomènes de mode, parallèles aux évolutions sociétales.
La Culture consacre la tolérance à travers le pluralisme de ce qui la constitue. Ne pas reconnaître cette nécessaire tolérance, et cette pluralité, c'est dénier ce qui relève de l'essence même de la Culture, qui offre le droit de la diversité, mais aussi celui d'aimer ou pas, d'être sensible ou pas, mais toujours dans le respect.

Il y a la Culture, parfois vue de façon élitiste, pas toujours accessible à toutes les sensibilités, et la culture populaire. Ils sont la même chose, traversant les époques. Les distinguer, ce serait opposer le bon peuple et la "populasse", qui relèvent en réalité d'un même corpus.

Aubusson est une ville d'art, à la tradition ouvrière, ou une ville ouvrière à la tradition d'art. Sa mixité sociale est assumée. Il en faut pour tous les goûts et l'accepter, sans mépris et ni jugement. C'est la mixité et la tolérance innée à la Culture qui permettent de conjuguer en une même cité les expositions les plus brillantes, mais aussi les mats de Cocagne, les Courses de Brouette, les retraites aux flambeaux, les bals. Tout cela participe d'une même tradition, pour le plus grand bonheur de chacun qui y trouve son compte.
Que chacun se rassure, aller voir Patrick Sébastien, s'amuser et rire le temps d'une soirée, oublier la crise ambiante et les problèmes quotidiens, cela ne rendra pas idiot, et n'empêchera personne de réfléchir et refaire le monde, parfois même de façon brillante...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire